mardi 24 juin 2008

ESCLAVAGE...

Texte offert à la méditation de Madame Laurence Parisot, de ses amis Noël Forgeard, Gautier-Sauvagnac, Thiérry Desmarest... et autres Icare dont la plongée est garantie par... un parachute doré prélevé sur les salaires de leurs serfs et les moyens de survie de leurs contemporains !
L'esclavage proprement dit est l'établissement d'un droit qui rend un homme tellement propre à un autre homme, qu'il est le maître de sa vie et de ses biens. Il n'est pas bon par sa nature : il n'est utile ni au maître, ni à l'esclave ; à celui-ci parce qu'il ne peut rien faire par vertu ; à celui-là, parce qu'il contracte avec ses esclaves toutes sortes de mauvaises habitudes, qu'il s'accoutume insensiblement à manquer à toutes les vertus morales, qu'il devient fier, prompt, dur, colère, voluptueux, cruel...
Montesquieu De l'Esprit des lois livre XV chap. 1er De l'esclavage civil
photo fotosearch

9 commentaires:

béatrice a dit…

Comme ce genre de rapport de"dominant à dominé "existe encore...l'important dans l'éducation est est de former des etres "AUTONOMES"...

diplodocus continental a dit…

Le seul moyen d'exister pour soi est de résister:créer un langage, le créole,créer un entrainement militaire discret,le Kapouero (danse redoutable ou l'on se bat avec les pieds en dansant sur la tete)le tambour K ,tambour qui appelle à la guerre.La déportation,la couleur, les plages :autant de barreaux d'une prison d'où le choix des iles...

Rénica a dit…

Malheureusement, je ne pense pas que cette brochette libérale d'arrivistes soit en mesure de méditer sur autre chose que le pouvoir et l'argent à tout prix...Il est néanmoins encore temps de réagir et donner un coup de patte salutaire pour sortir de la marmite...mais vite la température monte !
amitié échauffée !

Anonyme a dit…

Il faut être lucide en refusant d'être les esclaves.
Ce "nouvel esclavagisme", David Icke, en parle beaucoup au sujet du nouvel ordre mondial.
Tout est géré par l'argent et le pouvoir, pour affaiblir, faire croire que ceux qui n'ont ni puissance, ni argent sont des ratés.

Notre société de consommation à outrance est une forme d'esclavagisme, consommer pour exister par rapport à l'autre qui n'a pas.

Chacun doit avoir sa propre pensée et réagir, même si cela n'est pas toujours facile.

Qui ne dit mot consent et accepte donc.

claudie a dit…

l'anonyme ci-dessus, c'est Claudie, refuse encore mon prénomn

micheline84 a dit…

le plus grand des esclavages n'est-t-il pas d'être soumis à des vérités imposées, indiscutables et définitives comme le sont celles qui sont enseignées par les religions? l'existence d'un dieu personnel, juste et bon?

claudie a dit…

Micheline, tout en étant d'accord avec vous, je pense que c'est un autre débat.
Cet autre débat entre dans la "spiritualité", donc, d'autres croyances, propres à chacun.
Et, c'est aussi la liberté de chacun d'avoir ses propres croyances, y compris dans celle d'un "Dieu" tel qu'il est représenté dans les religions, qui punit, récompense...

Autre sujet, autre lieu ou post, je pense.

micheline84 a dit…

claudie
je sais bien qu'apparemment c'est un autre débat et tant que la religion reste une affaire personnelle de spiritualité. Ce qui n'est pas le cas tant les religions deviennent une affaire d'état et sont impliquées dans les politiques de domination "pétolières" et-ou "spirituelles" qui engendrent de plus en plus de conflits meurtriers sur la scène mondiale aujourd'hui
je pense qu'il n'est pas pprudent d' assimiler spititualité et religion. enfin débat qui reste ouvert bien entendu

Un aperçu intéressant du problème dans un ouvrage récent et qui donne à réfléchir: " Court traité de l'âme" de P Lazar.

claudie a dit…

Micheline, je me suis mal expliquée. La religion et la spiritualité sujets différents. Un lien,une religion peut mener à la spiritualité.