mardi 23 août 2016

Frédéric, le roman de Chopin

Il naît ce mercredi 24 août 2016. 
Il pèse 630 grammes, mesure 24 cm sur 16. 
Il a pour marraine... George Sand 
et pour parrain... le peintre Eugène Delacroix. 
 Il est impatient de faire votre connaissance.
Son nom : 
Frédéric, le roman de Chopin
Voici son portrait :

Et sa fiche d'état-civil : 

Dans quelques jours, il s'ouvrira pour vous... de quelques pages.
A bientôt, donc !
Amitié.


jeudi 21 juillet 2016

NICE et la presse

De plus en plus souvent, la carte de Presse devient la compagne surprenante de la kalachnikov. Aujourd'hui, elle l'est du camion fou. Une curieuse forme de complicité les rassemble qui a de quoi inquiéter et faire réfléchir le citoyen en mal de respect, le législateur en mal de projet de loi, pour une fois… utile voire nécessaire. 
Car… 
Dès les premières heures d’après la tragédie de Nice, les commentaires de télévisions dites « d’information en continu », même ceux des chaînes publiques sous perfusion de notre redevance, ont balancé à la France entière et au monde les nom, prénom, date et lieu de naissance, profession, dossier médico-psychologique et situation de famille du criminel. Pour couronner cette vomissure médiatique nauséabonde, est apparu son visage, en très gros plan qui, comme ceux des auteurs des précédents actes terroristes criminels, habite désormais notre quotidien. Pas un jour, pas un journal sans ce portrait accompagné de détails d’état-civil qui font de lui, désormais, notre familier, peut-être même notre… héros ! En quelques heures, nous avons été invités à connaître ses ascendants mieux même, parfois, que les nôtres, son origine géographique et sociale, ses descendants, ses goûts et passions, son comportement avec les amis, femmes en particulier, ses difficultés intimes, le tout analysé et expliqué par les prétendus « experts » de tout poil, tous annoncés comme plus compétents les uns que les autres, en procession, à la queue leu leu dans les studios, impatients d’y aller de leur promo particulière sous couvert d’aide à la compréhension de la situation offerte aux imbéciles que -pour eux- nous sommes. 
Rares sont les titulaires de carte dite « de Presse » qui semblent s’apercevoir qu’ils font d’un délinquant extrême un héros, d’un criminel un… exemple. Sans doute l’obligation de résultats financiers, et les exigences actionnaires de leur organe (ils sont presque tous propriété de banques et de grands industriels proches des pouvoirs), qu’il soit journal papier, voix de son maître radiophonique ou étrange lucarne, les aveugle-t-il au point de ne plus se rendre compte eux-mêmes de la portée de leurs propos, de l’impact de leurs images, des dégâts provoqués sur les esprits (pas seulement les plus faibles !) par leur attachement pathologique au sensationnel. 
 Certes la liberté de la presse est fondamentale et sacrée en démocratie (nombre de nos grands anciens se sont battus, sont morts, pour l’acquérir, puis la défendre et nous léguer ce précieux héritage), et nous devons tout faire pour la protéger, mais… sommes-nous encore en démocratie
Exhiber ainsi ces individus couverts de sang, c’est les rendre beaucoup plus présents dans notre vie quotidienne que des millions d’individus qui, en silence, créent, accompagnent, enseignent, font survivre sans cesse notre devise républicaine, qui connaissent le sens du mot LIBERTE, qui partagent l’action en faveur de l’EGALITE, qui invitent à avancer pas à pas -entre les obstacles élevés sur notre chemin de citoyens par les spéculateurs de toute nature- vers la FRATERNITE. 
Exhiber ainsi ces tueurs, ces vecteurs de souffrance, les présenter comme des vedettes d’un insupportable spectacle dont la haine est le personnage principal, montrer qu’ils sont enfin reconnus et qu’ils existent, c’est donner envie de se faire reconnaître ainsi comme vivants aux yeux du monde entier à toutes celles et tous ceux qui, produits par notre société de l’avoir plutôt que de l’être, se sentent oubliés, ignorés, rejetés, qui se sentent déjà morts avant même d’avoir vécu. 
C’est faire leur promotion. 
Il serait bon que, dans les écoles de journalisme (pour demain), dans les rédactions (pour aujourd’hui), on se souvienne qu’informer n’est pas synonyme de manipuler, que rapporter des faits n’est pas vendre des objets de consommation courante, qu’un peuple n’est pas un marché, qu’un journal n’est pas une poubelle ouverte accompagnée de commentaires destinés à faire croire que les ordures qu’elle contient sont… de l’or. 
Le comprendre, puis l’admettre, contribuerait sans doute à assainir une atmosphère devenue irrespirable.
Partout la conscience et la vigilance citoyennes s’imposent chaque jour davantage. 
Là, peut-être, plus qu’ailleurs ! 
Salut et Fraternité.

mardi 19 juillet 2016

Sous le regard du loup

Nouvelle recension de mon roman "Sous le regard du loup". A lire en suivant ce lien : http://www.mylorraine.fr/article/sous-le-regard-du-loup-la-nouvelle-bete-de-gilles-laporte/37896 A bientôt. Amitié.

mardi 21 juin 2016

Les grenouilles de Grignols


Depuis bien longtemps, je n’ai pas confié d’éclats de voix à mon blog. Pour cause : le mensonge et l’imbécillité sont devenus tellement quotidiens dans notre société que je passerais chaque heure, chaque minute, chaque seconde de ma vie à les mettre en scène pour les démasquer et les dénoncer.
Mais, cette fois, ce que l’on nomme encore respectueusement « Justice » déraille tellement en Aquitaine que les mots se sont imposés d’eux-mêmes à mon clavier.
Car la décision de la Cour d’appel de Bordeaux dans l’ « Affaire des grenouilles de Grignols » est d’un caractère tellement inique et comique (s’il n’était pas si grave !) -du même tonneau méprisant que la sortie de l’ancien locataire de l’Elysée Sarkozy acharné à se faire passer désormais pour un amuseur public (on se souvient, c’était le 18 mai dernier, à Paris, ville de campagne… électorale !) : « Quand je suis en Asie, si vous saviez comme je me sens Européen… Quand je suis en Angleterre, si vous saviez comme je me sens Français… Et quand je suis dans les territoires et les provinces de France, si vous saviez comme je me sens Parisien ! »- que je n’ai pas pu résister.
J’ai donc abandonné quelques instants les personnages de mon roman en cours d’écriture pour jeter un pavé dans… la mare bordelaise !
La situation :
A Grignols (Dordogne) Annie et Michel Pecheras sont propriétaires d’une mare qui a eu l’heur de plaire à des grenouilles en recherche de refuge pour leurs amours. Comme certains humains, ces délicieux batraciens (je ne parle pas de leur goût quand, déculottées, elles gisent dans une assiette débordantes de beurre aillé !) ont parfois la drague, puis l’orgasme sonore. Leurs soupirs et gémissements de bonheur ne font pas marrer le voisin de cette population heureuse de vivre car, au printemps, leurs décibels érotiques (mesurés par huissier) perturbent son sommeil. Convaincu que le Droit lui donnerait les moyens de faire déménager les amants infernaux, le voisin a demandé réparation de ses insomnies à la justice. Au terme d’un examen sérieux des comportements de la faune aquatique de Grignols et de ses humains dérangés, le tribunal de grande instance de Périgueux (magistrats de bonne ruralité) a débouté le plaignant au constat que « le degré de nuisance au-delà duquel est franchie la capacité de l’homme et de son environnement » n’avait pas été atteint. Il autorisait donc les grenouilles à s’aimer en toute légalité et liberté, et à inviter par leurs coassements leurs propriétaires et voisins à partager leur bonheur.
L’affaire aurait pu en rester là, au grand plaisir des fabricants de boules Quiès dont les plus gênés auraient pu faire usage, mais…
Stimulée par le concert batracien et la décision du juge, la testostérone du voisin n’a fait qu’un tour. L'homme a porté l’affaire devant la Cour d’appel de Bordeaux (justice urbaine encombrée de gaz d’échappement et de brumes industrielles). Et là, sous le regard d’une zélée présidente décorée de peau de bête (hermine), les locataires amoureux de la mare de Grignols sont devenus de dangereux perturbateurs de l’ordre public! En application stricte d’une loi favorable au voisin insomniaque, ils ont écopé indirectement de la peine capitale puisque leurs protecteurs hébergeurs ont été mis en demeure de détruire leur paradis, de combler la mare.
Or, pas de mare pour les grenouilles… pas de vie !
Or, en France, jusqu’à preuve du contraire, nul ne peut s’arroger le droit de tuer les représentants d’une espèce protégée, que l’on soit paysan de Dordogne, Parisien égaré dans une campagne qu’il découvre soudain « hostile », ou… magistrat !
Or, les grenouilles sont une espèce protégée !

Il devient donc urgent d’attendre, pour appliquer son arrêt, que la Cour bordelaise relise son Code, qu’elle en redécouvre entre les articles la cohérence et le bon sens, qu’elle rende aux grenouilles de Grignols le droit de s’aimer eu toute quiétude, selon les traditions millénaires de leur espèce, et de vivre en paix.


Nos anciens, gens de bon sens, répétaient à qui voulait les écouter : « Ce sont les plus gênés qui doivent partir ! »
A bon entendeur (les haineux envers les cloches de villages trop bruyantes, les coqs de basse-cour trop bavards, les ânes de prairie mauvais chanteurs, les tracteurs de paysans trop ronflants, les épandages de lisier trop odorants, les abeilles trop dangereuses… j’en passe, et de pires)… SALUT !
Quittez donc ce monde de la campagne qui ne vous convient pas, qui vous fait du mal, qui nuit à votre équilibre, voire à votre santé, qui use vos sens et vos nerfs, et rentrez chez vous, là où vous vous sentez bien : en ville. DEGAGEZ !
A supposer que cette affaire devienne exemplaire en validant une justice destinée à appliquer des textes de Droit sans aucune bienveillance pour les situations locales, les traditions, les usages, les pratiques et le respect qui leur est dû, pour la vie telle que simplement vécue au plus loin des cœurs de villes (pourtant bien en France !), c'est-à-dire d’une manière mécanique et automatique, alors (toujours par souci de cohérence) :
Je suggère au ministre de la Justice de supprimer tous les juges à tous les niveaux de l’Institution judiciaire, et de les remplacer par des ordinateurs qui feront le boulot aussi bien qu’eux, parfois même mieux. Plusieurs objectifs seront ainsi atteints en une seule décision : désengorgement des couloirs et bureaux des tribunaux, traitement des dossiers en temps réel plutôt qu’aux calendes grecques et, cerise sur le gâteau (en ces temps où l’Etat cherche à réduire ses coûts de fonctionnement partout -sauf dans ses rangs-), colossale économie ! L’insupportable fardeau qui pèse actuellement sur les épaules du contribuable sera donc, du même coup allégé.
Qui dit mieux ?
Les grenouilles de Grignols, en plus du mérite de proposer à nos regards d’humains hargneux des comportements de simples ruraux qui s’aiment, auront eu celui, inestimable, de nous renseigner sur le mode de fonctionnement de la justice… de ville !
Evident… COÂ !
Salut et Fraternité. 

Pour en savoir plus sur cette tragi-comédie bordelaise, on peut consulter le remarquable site WIKIAGRI.FR, et lire sa présentation détaillée par le journaliste de qualité Antoine Jeandey. 

jeudi 9 juin 2016

Sous le regard du loup

L'écrivain du  Nord et chroniqueur littéraire Alain FABRE a lu et aimé mon nouveau roman
Sous le regard du loup
En voici la recension :
MERCI !



mercredi 23 mars 2016

Mon nouveau roman, Sous le regard du loup (Presses de la Cité/Terres de France), lu et vu par L'Echo des Vosges, sous la plume alerte de Bernard Visse :
 Merci Bernard !




lundi 8 février 2016

Ô (accent circonflexe)... Orthographe !

Aujourd’hui, comme toujours quand je mets en route ma plume (le matin, à Lumière montante), mes premières pensées sont pour mes parents, ouvriers de filature des Vosges. Ils m’ont transmis les valeurs essentielles qui sous-tendaient leur vie : amour du travail quotidien et bien fait, sens du service civique et de la citoyenneté, respect des conventions sociales (l'orthographe en est une) et des règles (dont celles de grammaire). Dans leurs traces, je me considère depuis toujours et pour toujours comme un ouvrier des Lettres.
Mes pensées matinales vont aussi à mes maîtresses et maîtres d’école qui, par leur talent de pédagogues et leur amour de la République ont contribué, à leur tour, à faire de moi ce que je suis.
J’aime me souvenir d’eux, solliciter encore et toujours leur énergie.
Madame Yvonne Jungen, tout d’abord, qui, dès mes premières années d’école primaire à Igney, m’a invité à partager sa passion de la langue, m’a fait goûter ses subtilités, sa profondeur, ses harmonies. Elle a si bien réussi que j’ai décroché le Prix de lecture au Cours élémentaire première année, et reçu ainsi mon premier livre (lire était considéré comme une occupation de fainéant dans ce milieu, à cette époque) : le Don quichotte de Cervantès, en édition illustrée pour enfant. J’ai lu, relu des dizaines, des centaines de fois ce livre en me répétant que j’aimerais, un jour, pouvoir écrire des histoires comme celle-là ! Dans sa classe, je suis tombé amoureux de notre langue (peut-être aussi de la maîtresse !)
J’ai eu la chance, ensuite, de rencontrer des professeurs remarquables. Joseph Martynciow, professeur de français au collège de Thaon-les-Vosges, arrivé de Pologne pour aimer passionnément notre langue et la faire maîtriser avec élégance et efficacité par ses élèves… Le philosophe Raymond Ruyer à la faculté de Nancy, Vosgien lui aussi, l’un des penseurs les plus prestigieux de notre temps, dont les nombreux écrits sont malheureusement oubliés aujourd’hui. Par l’intensité et la clarté de sa réflexion, ce maître à élargi à l’infini le champ de vision de plusieurs générations d’étudiants.
Qu’ils soient remerciés, avec les nombreux enseignants que je n’ai pas cités auxquels je dois beaucoup.
Souvent, lors de mes nombreuses interventions en milieu scolaire –rencontres pour moi très importantes car prolongement de mon acte d’écriture en direction de celles et ceux qui prendront notre relève- la question m’est posée : « Pourquoi écrivez-vous ? » Ma réponse est toujours : « Je n’écris pas pour distraire mes contemporains, pour les aider à s’endormir s’ils souffrent d’insomnie. Mes livres ne sont pas un substitut du Lexomil. Je n’ai pas, non plus, la prétention de délivrer un ou des messages. J’écris pour mettre en scène l’Histoire, témoigner et participer, par ma plume, à la marche en avant de notre société, pour apporter ma pierre à l’édifice social commun, pour, dans la délirante évolution de notre temps, contribuer à la survie de la prodigieuse et vitale aventure du livre.
Délirante évolution de notre temps…
Hier (1853), au retour d’une visite de centre de détention, Victor HUGO écrivait  ces vers :
Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne.
Quatre-vingt-dix voleurs sur cent qui sont au bagne
Ne sont jamais allés à l’école une fois,
Et ne savent pas lire, et signent d’une croix !
Il répétait sans cesse à la tribune de l’Assemblée nationale, et partout où il le pouvait : « Ouvrez une école, et vous fermerez une prison ! »
Que penser d’une époque, la nôtre (accent circonflexe sur le O) qui préfère construire des prisons (devenues entreprises privées, donc marché à développer !) à ouvrir des écoles ?
Que penser d’une époque qui sabote la langue en massacrant l’orthographe au prétexte de faciliter l’expression écrite aux jeunes illettrés régurgités chaque année, malgré le courage des enseignants, par un système scolaire à bout de souffle ?
Or la langue est le lien social premier. La maîtriser (accent circonflexe sur le premier I) est le premier acte d’un « Vivre ensemble » à construire chaque jour, mais devenu argument électoral imprécatoire tellement rabâché (accent circonflexe sur le 2ème A) qu’il finit par diviser plutôt que rapprocher.
Perdre la forme de ses mots, c’est très souvent en perdre le sens, c’est toujours perdre l’histoire de la langue, c’est être condamné à l’inculture !
J’ose espérer encore que l'abêtissement (accent circonflexe sur le premier E) des citoyens ordinaires (ceux qui ne forment pas les rang des "élites !") n'est pas le grand objectif de nos dirigeants depuis une trentaine d’années, toutes couleurs partisanes confondues.
J'ose espérer...
L’élu d’une démocratie digne de ce nom a le devoir d’élever la société dont il est issu, pas de s’abaisser avec elle. Dans le premier cas, il prouve qu’il la respecte ; dans le second, il prouve qu’il la méprise, qu’il ne se respecte pas lui-même !
Le pouvoir devrait s’exprimer et s’exercer d’abord par la maîtrise de la langue, ensuite seulement par la maîtrise des flux financiers. Bossuet, Hugo, Jaurès, de Gaulle l’ont bien démontré, si besoin était, qui guidaient l’évolution fondamentale de la société par le Verbe.
Priver le peuple de toutes les qualités de sa langue, de toutes ses richesses, de toutes ses harmonies, de toute son énergie, c’est lui interdire de participer à l’exercice du pouvoir, c’est vouloir exercer ce pouvoir sans lui, de manière exclusive et définitive, c’est avoir choisi un mode d’action politique plus proche de l’asservissement que de l’élévation. N’avoir plus voix au chapitre, pour le citoyen ordinaire, c’est n’avoir plus que le droit de se taire, et de marcher ou de crever. C’est ainsi qu’ont fonctionné et que fonctionnent toutes les dictatures dans le monde.
Ne nous y trompons pas : la réforme de l’orthographe n’est pas que la question de l’accent circonflexe ou du F de nénuphar, c’est aussi et surtout, celle du mode d’exercice du pouvoir dans une société qui se prétend démocratique, celle du respect et de la liberté fondamentale du peuple.
On peut noter, au passage, que Jean d’Ormesson s’est opposé à cette arme de destruction massive de la langue dès sa première apparition (1991) avec de très nombreux défenseurs de notre patrimoine linguistique, dont Bernard Pivot, Philippe Sollers, Frédéric Vitoux. Noter aussi que ce projet de réforme visait plutôt les néologismes qui, par nature, n’ont pas d’histoire, dont on peut donc choisir l’orthographe comme bon nous semble. Noter enfin que si ce projet n’a pas abouti, c’est parce qu’il a soulevé une vague d’indignation et d’opposition dans le pays dont même les syndicats enseignants étaient porteurs. On peut se demander pourquoi c’est aujourd’hui le ministère de l’Education nationale qui prend l’initiative d’un tel chambardement, comme s’il n’avait pas plus d’urgence sur la table (comme, par exemple, de ne pas produire 30% d’illettrés dans chaque contingent annuel d’élèves.) J’ose espérer que ce n’est pas seulement pour faire plaisir à quelques copains concepteurs des livres scolaires qui voient ainsi s’ouvrir des perspectives lucratives de rentrée. J’ai la faiblesse de penser qu’on ne lutte pas contre le chômage en tuant sa langue ! Mon esprit est sans doute tordu, mais j’associe cette « réforme » qui vise à supprimer toute référence à l’histoire des mots, à celle qui vise à retirer des programmes scolaires l’enseignement de périodes complètes de notre Histoire jugées subversives par les trafiquants gouvernants de tout poil. Tuer la mémoire, c’est décérébrer le peuple afin de mieux le manipuler !
En serions-nous là ?
Relisons, pour conclure, cet extrait de discours prononcé par le poète espagnol Federico Garcia Lorca lors de l’inauguration de la bibliothèque de son village natal Fuente Vaqueros en septembre 1936 :
Des livres ! Des livres ! Voilà un mot magique qui équivaut à clamer: "Amour, amour", et que devraient demander les peuples tout comme ils demandent du pain ou désirent la pluie pour leur semis. Quand le célèbre écrivain russe Fédor Dostoïevski était prisonnier en Sibérie, retranché du monde, entre quatre murs, cerné par les plaines désolées, enneigées, il demandait secours par courrier à sa famille éloignée, ne disant que : " Envoyez-moi des livres, des livres, beaucoup de livres pour que mon âme ne meure pas! ". Il avait froid,  ne demandait pas le feu ; il avait une terrible soif, ne demandait pas d'eau… il demandait des livres, c'est-à-dire des horizons, c'est-à-dire des marches pour gravir la cime de l'esprit et du cœur ! Parce que l'agonie physique, - biologique, naturelle d'un corps, à cause de la faim, de la soif ou du froid, dure peu, très peu, mais l’agonie de l’âme insatisfaite dure toute la vie !
"La devise de la République doit être : la Culture !".
La culture, parce que ce n'est qu'à travers elle que peuvent se résoudre les problèmes auxquels se confronte aujourd'hui le peuple plein de foi mais privé de lumière.
N'oubliez pas que l'origine de tout est la lumière.
"Des livres, des livres" s'exclamait-il. Or les livres sont faits de... mots chargés d'histoire, liés entre eux par des règles.
L'oublier serait prendre le risque redoutable, toujours et partout, avec son âme d'y perdre son... latin !
 Salut et Fraternité !