dimanche 17 mai 2020

Il était temps !



A l'invitation des Editions du Signe, avec 33 auteurs, j'ai participé à la publication de ce livre "A nos héros du quotidien... Merci !" Tous les droits d'auteurs seront reversés à la Fondation de France pour améliorer les conditions de travail et de vie de tous les " soignants, les chercheurs, et les personnes vulnérables". On le trouve dans tous les points de vente habituels de livres et sur le site de cet éditeur. Salut et Fraternité !  
Voici ma contribution :
Il était temps…
Nous y sommes… enfin !
Une étrange heure de vérité vient de sonner qui agace les oreilles, perturbe les consciences, trouble l’ordre apparent de notre société dite « moderne ».
Un acteur invisible vient de naître qui, dès sa venue au monde, réussit l’exploit inouï de mobiliser toutes les forces et les faiblesses humaines de notre planète, une poussière, un trublion à peine microscopique, un moins que rien !
Il aurait vu le jour en Chine, là où -nous dit-on- la foule est la plus dense et la liberté la plus contrainte, où l’on se repaît d’animaux sauvages en rêvant de balades collectives à l’étranger, là où se concentre pour les consommateurs « globaux » la fabrication de produits de première, deuxième, troisième nécessité, voire du plus absurde superflu, certains même toxiques.
Via les humeurs et contacts choisis ou fortuits de voyageurs, ce moins que rien aurait emprunté tout ce qui vole, flotte, roule et s’échange pour se lâcher partout où, sûr de son invulnérabilité, il savait pouvoir sévir.
Et de s’en donner à coeur joie, d’écorcher les gorges, carboniser les poumons, faire exploser les thermomètres, submerger les hôpitaux, transmuter en couloirs de la mort les maisons de vieillards prises à l’improviste entre deux parties de rami.
Et de condamner à la chute libre dans des contrées sociales ignorées de leurs écoles d’ « élites » les activistes de partis et mouvements politiques avec ou sans pouvoir, les vassaux appointés de laboratoires pharmaceutiques -parfois les mêmes !-, les chercheurs de prébendes sur fond d’études dites « scientifiques ».
Et de mettre cul par-dessus tête une construction sociale sans autres fondations que l’enrichissement de quelques-uns au détriment de tous les autres, que le mépris de l’humble au profit du prétendu puissant, que la loi de l’économie marâtre du Veau d’or.
Ce moins que rien est arrivé dans les bagages du commerce dit « mondialisé » et les postillons de transhumants dits « touristes ». Il s’est installé en douce, a jeté en prison chez eux des millions d’innocents sains, libéré de leurs cellules des centaines d’authentiques coupables que la promiscuité aurait pu transformer en malades contagieux, ou en porteurs « asymptomatiques » et complices.
Et il a révélé notre état de santé sociale !
Il a mis en évidence le délabrement de notre système de soins ruiné par la gestion comptable des hôpitaux, la sécheresse des déserts médicaux, la détresse des EHPAD fruits de la spéculation, la souffrance au quotidien des médecins, infirmiers urgentistes et de ceux dits « de ville », des pompiers, des fonctionnaires pénitentiaires, des ouvriers chassés d’usines et ateliers aux machines tronçonnées sur place ou expédiées chez des esclaves du bout du monde, la torture de journalistes soumis à l’exigence de « pensée unique », de chauffeurs routiers concurrents de serfs importés, des bénévoles d’associations caritatives condamnés à faire chaque jour plus de sauvetages avec moins de moyens, des petits commerçants et artisans accablés de charges dévorés par des monstres intouchables, des libraires contraints de tourner la page sur leur mission de service culturel, des maires et élus locaux en première ligne pour l’action de terrain et en dernière ligne pour le soutien de l’Etat, des paysans de toute nature, de terre et de mer plus proches du suicide que d’une retraite équitable, des artistes désormais bouche cousue et mains liées, des maîtres d’école et professeurs maltraités pour avoir invité leurs élèves à se découvrir des qualités et à penser, des éboueurs accrochés à nos ordures, des policiers malmenés, des gendarmes exténués, des militaires détournés de leur engagement, des créateurs stérilisés, des jeunes négligés futurs vieux sans espoir, nombre d’autres encore… tous gens terrassés par la loi de la jungle.
Ce moins que rien venu du pays du Soleil levant nous a mis sous les yeux la photographie d’un monde devenu pays du soleil couché, d’un monde de ténèbres, de douleurs et de violences… le nôtre !
Mais, en même temps, parce qu’il nous montre ce que nous sommes, il nous invite à imaginer ce que nous pourrions, devrions être.
Et il le fait en nous mettant sous le nez votre exemple héroïque.
Voilà des années que vous toutes et tous, médecins, infirmiers, aides-soignants, pompiers, gardiens de prison, chercheurs, avocats, ouvriers, épiciers, journalistes encore libres, chauffeurs routiers, cheminots, cœurs battants des restaurants de pauvres, artisans, artistes, paysans, chercheurs, éboueurs… alertez ceux de la « France d’en haut » bien au chaud sous les dorures officielles de la détresse des transis d’une « France d’en bas » dite « périphérique » par des experts autoproclamés, détresse de ces oubliés qui tentent de survivre sans services postaux, sans trains, sans maternités (mais avec funérariums !), sans boulangeries, sans boulot, sans soins, sans guichets… des mois que, revêtus une tenue jaune fluo, pour affirmer votre existence aux résidents des palais d’une république malmenée, vous leur rappelez que vous nourrissez, soignez, transportez, instruisez, informez, accompagnez vos semblables abandonnés et souffrants dans des conditions de jour en jour plus cruelles.
Votre héroïsme n’est pas seulement d’aujourd’hui. Il est d’hier, d’avant-hier, de toujours, discret, humble, efficace, bienveillant et fraternel.
Mais l’irruption de ce moins que rien démontre, si besoin était, que votre héroïsme ne suffit pas.
Seuls, vous ne pouvez pas contenir la terrible vague à mains nues et à visage découvert, même en vous y exposant corps et âme, même en y consacrant vos moyens personnels et votre famille, même en y épuisant toute votre énergie, au risque insupportable de vous sentir responsables de la mort de celles et ceux que les pouvoirs publics et privés ont sacrifiés sur l’autel du profit.
Votre héroïsme ne suffit pas, comme les applaudissements qui, chaque soir, par tout le territoire, le saluent et l’encouragent.       
Mais il est l’exemple à suivre de l’engagement citoyen qui, seul, pourra faire évoluer notre monde malade vers une société plus juste, plus humaine, plus respectueuse de tous par chacun et de chacun par tous, plus enracinée dans les valeurs que vous incarnez, plus conforme au modèle d’humanité que vous nous offrez chaque jour avec une dignité qui force l’admiration.
Ce moins que rien vient de sonner une heure de vérité, dernière peut-être de l’idéologie ultra-libérale à l’anglo-saxonne qui voulait réduire l’humain au seul statut de consommateur de ses perversions, première d’une espérance de société plus heureuse sur une planète enfin partagée dans le respect de sa vie propre, dans le respect absolu de la vie sous toutes ses formes, humaine, animale, végétale et minérale.
Il était temps !
Vous, nos héros anonymes qui nourrissez, soignez, transportez, instruisez, informez, entretenez, accompagnez vos semblables, toutes et tous êtes en première ligne, sur ce front d’une bataille décisive qui oppose les foules de peuples prêts à vous suivre à la poignée de ceux qui les asservissent et vous combattent.
Vous êtes nos héros du quotidien, d’aujourd’hui et de demain car, au prix de vos propres souffrances, vous êtes nos défricheurs de voies nouvelles débarrassées des scories du passé, et l’incarnation du courage citoyen pour nos enfants qui pourront s’inspirer de vous.
MERCI, du fond du coeur.
N’en déplaise à celles et ceux qui se méfient de vous, pire… vous haïssent :
JE VOUS AIME !

GL 19 04 2020 copy Ed. du Signe

samedi 28 mars 2020

J'ai rêvé


                                  


                               
     

J’ai rêvé





J’ai rêvé d’une étoile,

Dans la nuit ténébreuse illuminée d’amour
J’ai fait un rêve ailé…
Plume emportée au loin,
Comme Icare endormi aux rives du soleil.
Un rêve de Lumière !
Où la force des uns, d’arrogance lavée,
Servait l’autre affaibli par l’âpre du chemin.
J’ai rêvé d’une étoile…
J’ai rêvé !

Je rêve d’un espace
Encore à inventer,
Où l’humain de sa trace
Signera la Beauté.

J’ai rêvé d’une toile
Qu’un ébloui du cœur a peinte au bleu de Prusse,
D’or et de nuit profonde,
Et de terre et de ciel
Comme un Maître Rousseau lové dans le sommeil.
Un rêve d’herbe verte,
Où la tâche des uns, de poisons dépouillée,
Nourrissait l’autre enfin de lait pur et de blé.
J’ai rêvé d’une toile…
J’ai rêvé !

Je rêve d’un espace
Immense, illimité
Où passe l’humain, passe,
Transparent, effacé !

J’ai rêvé d’une voile
Sur des flots outremer décorés de dentelles,
De vent frais et d’embruns,
De libres goémons,
Comme un vaisseau d’hier naviguant vers l’éveil.
Le rêve d’un matin…
Que la houle de vie et le dauphin rusé
Portaient loin des rejets de villes ensablées.
J’ai rêvé d’une voile…
J’ai rêvé !

Je rêve d’un espace
Aujourd’hui à créer
Où l’humain de sa force
Aura fait… la Bonté !
                                         Gilles Laporte 05/03/09  ©GL SACEM