dimanche 29 juin 2008

AIR

Échappe, mon chéri ! Et sois comparable, toi,
à une gazelle ou à un faon de biche
sur des monts embaumés.
Le Cantique des Cantiques 8-14

Quand,
Au chant du rossignol, affleure la lumière,
ses plis horizontaux éveillent la vierge aux yeux clairs
lovée dans les plis défaits du vent.
Et la montagne enfin s’élève
sur les nuages blonds que la nuit abandonne
où s’endormaient jadis les égarés du rêve.
C’est, dans le jour naissant, la voix d’un virtuose
pour l’amour d’une reine !
Alors,
dans les voies enlacées d’une crête éphémère,
porté par le regard courbé de l’horizon
jusqu’au village des pommiers,
surgit le prétendant
ruisselant de la mer.
Et sur les cieux enfin libres de cendres froides,
tandis que brûle un air d’automne
au cœur des steppes,
enfouissant le soc, le prétendant se passe,
un à un et pour l’éternité,
palpitants,
Les Anneaux de la Fiancée !
GL 2007

Après EAU,et AIR, le troisième roman de la tétralogie Les Anneaux de la Fiancée

TERRE

paraîtra en septembre 2008

1 commentaire:

chauché-écrit a dit…

C'est leur regard qui nous rend éternels
C'est leur peau qui nous apprend l'élévation
C'est leurs mots qui nous conduisent au Paradis

des rues des Vierges du soleil
chauché-écrit