samedi 29 mars 2008

Ecole... suppression de postes

Le ministre de l’Éducation Nationale Xavier Darcos a annoncé, puis confirmé la suppression de plus de 10 000 postes d’enseignants à la rentrée scolaire 2008.
Au même moment, le même ministère constate qu’un quart (au moins) de nos jeunes sortent du système éducatif public quasiment illettrés…
Que comprendre ?

Quelle logique politique discerner derrière ces chiffres et décision ?
Peut-être la réponse à ces questions est-elle à lire dans le Testament Politique de Richelieu (écrit vers 1640) :
Comme la connaissance des lettres est tout à fait nécessaire en une république, il est certain qu’elles ne doivent pas être indifféremment enseignées à tout le monde. Ainsi qu’un corps qui aurait des yeux en toutes ses parties serait monstrueux, de même un Etat le serait-il si tous ses sujets étaient savants ; on y verrait aussi peu d’obéissance que l’orgueil et la présomption y seraient ordinaires.
Le commerce des lettres bannirait absolument celui de la marchandise, qui comble les Etats de richesses, ruinerait l’agriculture, vraie mère nourrice des peuples, et déserterait en peu de temps la pépinière des soldats qui s’élèvent plutôt dans la rudesse de l’ignorance que dans la politique des sciences. Enfin il remplirait la France de chicaneurs plus propres à ruiner les familles particulières et à troubler le repos public qu’à procurer aucun bien aux États.


Autrement dit : l’éducation du peuple a pour conséquences directes la ruine du commerce, la ruine de l’agriculture, la ruine des armées, donc la ruine du pays ! Pour assurer le bonheur national, seule une élite destinée au pouvoir (et choisie par lui) doit avoir accès à la connaissance !
Vision politique honteuse constatée et courageusement dénoncée en 1838 par Félicité de Lamennais (pourtant aristocrate et… prêtre !) dans son Livre du Peuple :
Tu te plains de ne pouvoir cultiver ton esprit, développer ton intelligence ; et tes dominateurs disent : c’est bien ! Il faut que le peuple soit abruti pour être gouvernable !
Compris !
Monsieur le ministre Darcos, avec ses collègues du gouvernement de la France, en ne donnant pas aux enfants du peuple les moyens de s’élever, préparent sous nos yeux la bonne (et facile) gouvernance de demain qu’assumeront leurs propres enfants éduqués, eux, dans le privé ! A eux donc, et à eux seuls, les bons lycées, les grandes écoles, le sphincter de l'ENA et... l'or des palais nationaux ! On n'est jamais si bien servi que ... par soi-même !
Encore suffisait-il de le dire clairement !
C’est toujours, 350 ans après sa mort, Richelieu qui inspire nos ministres et décide, en 2008, de la structure et des programmes scolaires !
À bon entendeur…
photo GL : ancienne école de campagne dans les Vosges

2 commentaires:

diplodocus continental a dit…

J'imagine mal un enseignement sans enseignants.Va t-on les remplacer par une vidéo? Plus de retraites,plus d'humanité!des menottes peut-etre pour maintenir les écervelés attachés?Nous sommes en pleine fiction et pourtant les maisons de corrections étaient familères meme dans les beaux quartiers .Vous seriez surpris...Marché très florissant en 1939...

micheline84 a dit…

et même ce peu de temps éclairé, enfin possible, quand la retraite arrive, est refusé à ceux que le travail commandé n'a pas complètement usés ou abrutis: vraiment 40 ans ce n'est pas assez!tu peux être encore rentable!
Bravo pour cet article