samedi 5 janvier 2008

PIERRE BLANCHE


Vendredi 4 janvier.
Jour à marquer définitivement d'une pierre blanche !
L'Afrique est enfin libérée de la présence ordurière de tous les dangereux nantis de notre "société" de grands singes (ce n'est pas sympathique du tout pour nos cousins germains chimpanzés, gorilles et autres qualifiés par certains de primates) qui la considéraient comme... leur cour de récréation !
Enfin, le désert et la savane ne fleuriront plus de bidons vides, flaques d'huile de vidange, canettes froissées de boisson états-unienne à la cocaïne, filtres à air et à huile gorgés de sauce infecte, courroies de transmission japonaise, emballages auréolés de graisse de pré-digérés états-uniens, étrons et vomissures, casquettes à la retourne, banderoles publicitaires, pneus variés, seringues et préservatifs usagés, combinaisons déchirées d'humains-sandwichs aussi rouges que mon front d'Européen honteux, tous emblématiques de notre incontestable réussite de pays émergés !
Oui, l'Afrique traversée depuis trente ans par la folle caravane des agités du carburateur va enfin recouvrer un semblant de sérénité et pouvoir reprendre la palabre interrompue sous le manguier par les vociférations de mécaniques en délire ! Un semblant... car les séquelles seront longues à disparaître des traumatismes que la folie du nord aura semés dans son sud lointain ! Oui, longues aussi les errances d'esprits africains dont les corps ont été massacrés en bord de piste par des compétiteurs aveuglés par l'appât de gloire et du gain et... toujours impunis !
Oui, longue, la convalescence à venir ! Car la maladie a été sévère !
Soyons vigilants... une rechute est toujours possible, et elle est toujours plus grave que la maladie première !
D'autant plus vigilants que d'aucuns parlent aujourd'hui d'aller contaminer... l'Amérique du sud !
Peut-être ceux-là, pour réussir leur coup, useront-ils du prétexte de... la libération d'Ingrid Betancourt !
Souvenons-nous, voilà trente ans, c'était pour aller installer des pompes à eau, là-bas, dans le Sahel !
Oui... souvenons-nous ! Soignons notre mémoire ! Ne tombons pas dans les pièges tendus par les grands manipulateurs de notre époque ("Ce que nous vendons à Coca Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible" Patrick Le Lay-TF1 - "Nous avons pensé à tout, pour... que vous ne pensiez plus à rien !" BNP...)
Souvenons-nous ! Pour... demain !
Et... longue mort au... Paris-Dakar !

La photo du haut : c'était en 1964, à Bouaké (Côte d'Ivoire). J'y ai appris à aimer (et respecter, quand on aime !) cette belle Afrique de... nos origines !

1 commentaire:

Pascal Cyprien a dit…

Voilà un coup de boutoir bien asséné,
et qui, comme il sied en la circonstance, ne fait pas dans la dentelle !!!
Tu as parfaitement raison, mon cher Gilles.
Mais la grande presse est muette ...
ce qui ne saurait surprendre !

Claude Genzling