mardi 10 février 2009

Tempête !


Aujourd’hui : tempête ! Après le sud, le nord : il y en aura pour tout le monde. Au moins la nature, elle, sait manier le concept d’Égalité !
Le vent, un vent musclé, un vent maraud, un vent tournant, un vent fripon souffle, et plaque de grandes claques de pluie sur les tuiles, malmène et fait caqueter les volets, caresse les arbres à rebrousse-poil, si fort… qu’il a fait tomber mon cerisier ! Il portait beaucoup plus que mon âge, ce doyen de mon verger, avait rassasié des générations de ses petites cerises noires juteuses et sucrées, nourri moineaux et geais de ses fruits inaccessibles, ceux de bout de branche -qu’on dit toujours les plus beaux-, accueilli dans son ombre bien des jeux d’enfants et des lectures d’été… Le voilà au sol ! À tronçonner désormais !
L’hiver prochain, dans la cheminée, il jettera de grandes lumières dans la maison qu’il parfumera comme un encens de chez nous… sacré !
Salut, grand vent !
Salut, bel arbre !
La mort appelle la vie… souvenons-nous !


image Le grand cerisier mort photo GL 10 02 09

7 commentaires:

jerome a dit…

La mort appel la vie il ne vous reste plus qu'a trouvé son remplaçant et de replanter un beau cerisier...

Alexis Andrianis a dit…

D’un fait banal, le vent qui abat un cerisier, vous réussissez à en faire un joli texte poétique. Merveilleux!
Je vois votre personnalité optimiste par cette conclusion: La mort appelle la vie...

Rénica a dit…

Embarquée par votre plume Gilles, c'est comme si j'y étais...j'entends déjà le feu qui crépite, le bois qui libère ses derniers encens et les flammes qui racontent l' histoire de vie de cet arbre...superbe !
merci pour ce joli moment...

Anonyme a dit…

A ma grande consternation j'ai du par précaution élaguer un énorme cerisier plus que cinquantenaire. Mais je n'ai pas su lui faire un acte de décès aussi bien rédiger que le votre. J.C

micheline a dit…

le vent...et fait si bien qu'il déracine
celui de qui la tête au ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts.
V.H.

jalhouse a dit…

La planète fait bien ce qu'elle veut . Elle est la maitresse en ses lieux . Lieux qu'on aurait âbimé , avant . Pas moi , pas eux .. ceux d'avant qui accusent encore d'autre , chacun se rejettant la faute .
Mais la faute de qui ? De quoi ? La terre donne et reprend quand elle veut ...
Impitoyable vent , souffle de vie . Brise tendre ... Assassin parfois .

A toi gentil poète .

Françoise a dit…

Quel dommage pour ce cerisier. Je n'aime pas voir les arbres à terre. Mais c'est ainsi. Le vent a été le plus fort, et le cerisier n'a pas résisté.