mercredi 23 avril 2008

ETAT... la dérive

Grève, aujourd'hui, dans les ports pour protester contre la privatisation programmée des activités de manutention !
Après l’acheminement du courrier, les trains, les autoroutes, le téléphone, le gaz et l’électricité, les prisons, les écoles, la sécurité sociale, l’hôpital… voici donc le personnel portuaire mis en exploitation par des entreprises dont la préoccupation première n’est pas la juste répartition des profits !
Que l’État soit incompétent pour construire des voitures automobiles, concevoir et lancer des ponts, produire de l’énergie ou fabriquer et vendre de la barbe à papa sur les foires, on peut le comprendre (il en a trop souvent donné la preuve éclatante !), mais qu’il se sente aussi incompétent en matière de gestion sociale et d’aménagement du territoire a de quoi inquiéter ! Abandonner des pans entiers de service public à des patrons seulement animés par l’espoir de profit est dramatique. Dramatique pour les usagers de plus en plus isolés ! Dramatique pour les consommateurs de plus en plus matraqués ! Dramatique pour le pays de plus en plus abandonné à la friche et au désert, que ce désert soit physique (combien de régions s’atrophient faute d’irrigation suffisante en moyens essentiels de vie !) ou culturel.
L’exemple du fauchage de nos bords de routes est édifiant : confié à des particuliers gestionnaires de leur boutique (peu conscients de la nécessité de respect du patrimoine collectif), ce domaine public et rasé, tondu, raboté, haies abattues et arbres mutilés, au point d’en faire disparaître toute trace de vie animale ou végétale : plus de fleurs donc plus d’insectes (les abeilles, entre autres, payent un lourd tribu à cette politique Attila), plus d’herbe donc plus d’escargots ou autres animaux rampants, plus de refuges (la campagne environnante mise en coupe à nu par l’agriculture intensive -auteur elle-même et seule de sa propre politique, on vient de le voir avec les OGM !) donc plus d’espèces endémiques garantes de l’équilibre naturel ! Plus on fauche, rase, tond, arrache, abat, débroussaille et déchiquette sur des distances ou surfaces importantes, plus ces particuliers gagnent d’argent !
Dans un État correctement géré, les impôts devraient servir en priorité à donner à tous les citoyens (ses payeurs !) les services indispensables à une vie normale, que ces citoyens habitent sur (dans un hélicoptère sans doute !) Paris, Lyon ou Marseille, ou qu’ils aient choisi de vivre et travailler au pays, au fond de la province bourguignonne, bretonne, auvergnate, béarnaise ou lorraine ! Il s’agit là, semble-t-il, de la conformité fondamentale à la notion républicaine sacrée d’Égalité. Que chacun, où qu’il soit, puisse compter sur l’expédition de ses lettres ou le virement de sa pension, les soins, l’approvisionnement en énergie, l'animation culturelle, le service éducatif… participe du bien vivre ensemble et résulterait d’une conception honnête de la vie sociale, à des années lumière de la conception productiviste et financière qui semble donner le ton aujourd’hui.
Où donc passent les impôts (cette contribution à la vie collective d’une société), s’ils ne sont pas d’abord investis dans ces missions naturelles et prioritaires de l’État ? Dans les cadeaux à répétition aux déjà possédants… aux politiques ralliés à la voix de son maître (quel que soit ce maître !)… aux serviteurs serviles d’un appareil riche en perspectives d'évolution de carrière ? Dans les spectaculaires opérations de rapatriement d’organismes humanitaires et/ou otages (avec versement de rançon) ? Dans les prestigieuses missions diplomatiques de repentance en Chine et ailleurs (à quoi servent alors nos ambassadeurs et leur cour en poste permanent ?)
Où passe-t-elle, cette contribution ?
La mondialisation (de l’économie et/ou de son fils naturel le terrorisme) n’explique (n’excuse) pas tout !
Au moment où la pression fiscale se renforce, le constat est terrifiant : faute de fidélité à l’esprit des fondateurs de notre démocratie et d’entretien juste du vivre ensemble, notre société souffre d’une maladie dont nul ne sait si elle est encore curable.
Quel jugement pourraient porter ceux (nos prédécesseurs) qui, parfois au prix de leur vie, nous ont confié le pays (la planète) et ses valeurs ? Quel avenir pour ceux, nos successeurs, qui attendent de nous que nous leur transmettions un patrimoine correctement entretenu ?
Reste à espérer que cette maladie sera guérie…
Elle le sera, pour les dockers et tous les autres dont nous sommes...
si (et seulement si !), fermement… nous le voulons !

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Et pour couronner le tout,avec quoi allons-nous payer les soldats qui vont partir au front en Afghanistan ?On n'en parle pas mais la récession aux Etats Unis a quand meme quelque chose à voir avec les 5000 milliards dépensés pour la guerre d'Irak .Allons-nous, comme eux ,perdre notre ame? béatrice

Anonyme a dit…

On rase, on élimine, on rafle.
Les experts ont la solution. Les politiciens ont le programme. Les journalistes ont les bons mots. Les photographes ont les images. Les Nations Unies sont unies. Les marchands font des bénéfices. Les médecins savent soigner. Le chanteur le chante. Les comiques en rient. Les sportifs mettent leur badge. Les acteurs jouent trop bien la comédie. Les bloggeurs remplissent la toile. Les donateurs donnent. Les associations s’associent aux fondations. Les fondations donnent bonne conscience aux stars. Les entreprises soutiennent les fondations. Les banquiers banquent. Le Cac sent les arnaques. Les soixante huitards se font beaux pour leur anniversaire. Le sang noir de la planéte se fait rare. Le sang rouge coule à flot. Le bons sens a perdu sa boussole. Putin de monde de merde ! Qui va se réveiller ?!
Les noirs sont expulsés de chez les blancs. Les noirs crèvent la dalle ! Les noirs sont sans papiers ! Les noirs accusent les blancs, les blancs ne supportent plus les jaunes ! Les gris aident les noirs à haïr les jaunes et les jaunes finissent par battre les blancs.
Pourquoi tant de haine ? Qui va dire stop ?! Qui pour Nous aider ?!
Nous, cette société d’enfants, de femmes et d’hommes.
Venus d’où ? Pour qui ? Pour quoi ? Ras le bol !
Sortez de chez-vous chers amis ! Sortez ! Lancez du pavé dans la marre ! Lâchez-vous ! Parlez-vous ! Unissez-vous ! Tenez-bon !! Oubliez votre confort, oubliez votre religion, oubliez votre intérêt à court terme et rassemblez-vous ! Jeune, sors tes parents et tes grands parents ! Sénior, rappelle tes potes ! Chanteur, rassemble ton public ! Cadre, sors-en ! Chômeur agit pour l’intérêt général ! Journaliste, dit le Vérité ! Peintre, sors tes pinceaux et ta gouache et arbore les murs de la honte de notre Assemblée et du Sénat par des messages de Paix et d’Amour ! Photographe, montre ces inconnus qui se lèvent pour oxygéner nos consciences ! Employé, artisan, ouvrier, mineur (ce qu’il en reste) montre ta puissance de feu pour mobiliser tes collègues ! Sportif, sors tes banderoles ! Politique, Patron du Cac, Pétrolier pollueur, écoutez, regardez, respirez, profitez de vos « Miles » avant votre expulsion !

Aimez-vous.

Texte libre de droit, cadeau à la Nation du monde. Soir de discours du Pape de la Communication et du vendeur de Rêve.

Gilles a dit…

Merci pour votre commentaire.
Il semble que la conscience populaire s'éveille, malgré les berceuses et bluettes que lui chantent tous les jours les coalisés que vous énumérez.
La nécessité aide à ce réveil.
Mais sortirons-nous du rêve, des étoiles états-uniennes plein la tête, du hamburger plein la panse, et bourrés à la cocaïne, prêts à fondre, comme le pauvre poilu de 1916, sur tout les objectifs que les états-majors du CAC 40 nous désigneront!
Oui, dans quel état sortirons-nous du rêv... cauchemar ?
Ouvrons l'oeil et... le coeur !

Gilles a dit…

Mais pourquoi "anonyme" ? Quand je fais un cadeau à "la nation du monde" je le signe. Pourquoi pas vous ?
Si le signer sur mon blog vous pose problème, vous pouvez le faire à mon adresse courriel (indiquée dans mon profil)
Cordialement.
Merci

micheline84 a dit…

Il a dit, hier, le grand chef, parlant de l'Afganistan..restons en vigilance là-bas!!!
l'Iran n'est pas loin et il a la bombe atomique ....
ou je me trompe???
faut-il pleurer faut-il en rire??
je n'ai pas le coeur à le dire.
mais merci à gilles et anonyme