lundi 21 juin 2010

Du stade au palais !

Nos politiques pleurent sur toutes les antennes et dans toutes les boîtes à images : « Nous sommes atterrés, affligés, consternés, dégoûtés, choqués, révoltés, accablés ! » se lamentent-ils en prenant des airs de retour de funérailles et se couvrant de cendres et de ridicule.
Ils sont abattus par le comportement des intelligents du pied que couvrent d’or les grands marchands du monde, leurs amis !
Et ils espèrent que, compatissant avec le peuple en colère contre les porteurs de maillots trop secs, ils obtiendront de lui son indulgence.
Car…
La liquéfaction de l’équipe dite « de France » de balle au pied, ne fait que refléter celle de leur propre système. Les uns, ceux de la bleusaille, s’en mettent plein les poches en se moquant des journalistes, des formateurs, animateurs, gamins des clubs et miséreux des bidonvilles, amoureux de sport et de saine compétition. Les autres, ceux de la politicaille, s’en mettent plein les poches en se moquant des journalistes, enseignants, électeurs, contribuables, amoureux de valeurs républicaines et de vraie vie citoyenne et fraternelle.
Tandis que les uns se vautrent dans des palaces choisis par la Fédération (agréée par l’Etat) et refusent de pousser énergiquement le ballon (mais pas de pousser le bouchon trop loin), de travailler un peu, de se comporter autrement que comme des vieillards cacochymes sur le terrain, les autres fument des cigares payés par l’impôt, hébergent leur famille dans des appartements de fonction, doublent ou triplent leurs salaires et pensions, s’octroient des permis de construire dans des zones interdites ou voyagent (les mêmes) en jet privé portugais cuir et bois précieux, et -semble-t-il- aident des milliardaires à trouver des niches (logement de chien) fiscales pour leur fortune en même temps qu’ils intiment à la populace d’adopter un comportement citoyen !
Tandis que les uns, sûrs de leur pactole, refusent de mettre un pied intelligent devant l’autre (lourdes à porter, les chaussures en or massif entravent naturellement le mouvement !) sur le terrain, les autres donnent l’impression de vouloir accélérer le mouvement de la pompe à fric public en leur faveur, comme s’ils avaient conscience que leur bonheur financier devait mourir bientôt !
Bientôt ?
L’exemple vient d’en haut ! entendait-on autrefois.
Où regarder aujourd’hui pour trouver des modèles ?
Vers le stade ? Vers les palais ?
Ou vers les lieux de cultes où se recrutent… les intégristes de tout poil ?
Pauvre France éternelle donneuse de leçons de morale au monde entier, devenue en si peu de temps la référence en ridicule et l’irrésistible risée de… ce même monde !

J’ai honte.
image couverture de Au Plaisir d'ENA Gilles Laporte éd. DGP Québec 2001
photo Christophe Voegelé

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Je ne suis pas un fanatique de foot-ball surtout professionnel. Comme vous je suis excédé du comportement de ces joueurs qui oublient que pour le peuple et surtout pour les jeunes, ils sont des modèles. Quels modèles ! ! Il faut les virer et recommencer avec d'autres pas encore gatés. Vous avez une fois de plus bien dit ce qu'il fallait dire. Amitiés à vous deux. J.C.

Anonyme a dit…

Nous sommes dans une République bananière ! Quelle honte !

Belkine a dit…

Bonjour Gilles,

Une fois de plus, je me permets de vous proposez la lecture de ce billet( http://www.belkine.fr/2010/06/escalettes-bleus-coupe-monde-france.html ).
J'attends impatiemment votre réaction!

Amitié

Belkine

Françoise a dit…

Vous avez honte ?...
Moi aussi...

Rénica a dit…

écoeurée...