mercredi 5 novembre 2008

OBAMA... fin de l'esclavage ?

Une élection peut-elle changer la face du monde ?
Son résultat d’après prise de fonction n’est-il pas tributaire de l’environnement de l’élu ?
Le président OBAMA aura-t-il les coudées suffisamment franches pour remettre au pas les fous allumés de Wall Street, les enragés Monsanto, la criminelle Union Carbide Corporation (Bophal), les empoisonneurs de la bouffe obésifiante rapide, les fondamentalistes du règne par la bombe, les affameurs de l’Afrique, les trafiquants de boisson gazeuse, les manipulateurs des églises créationnistes, les inconditionnels de guerres de religion, les maniaques de la Winchester et du pétard (dont Sarah Palin), les intégristes du protectionnisme national (qui visent jusqu’au… camembert au lait cru !), les tripatouilleurs de marchés internationaux (Boeing-Airbus), les maîtres en pollution de la planète, les… les… les…
Nous osons croire qu’il en a la volonté.
Mais… en aura-t-il les moyens ?

Une ancienne premier ministre de notre pays, Madame Edith Cresson, me confiait en tête à tête, voilà quelques mois, son traumatisme de Matignon : l’impuissance d’action totale du chef du gouvernement face à… la résistance de son administration (de la direction du Cabinet jusqu’à… l’employé de bureau de Romorantin !). Inerte et réactionnaire au point d’en être stérilisante et d’interdire toute innovation, tout progrès, donc tout changement politique !
Après la belle élection à la présidence d’un homme issu du peuple et de l’immigration, devons-nous attendre des États-Unis un autre exemple en matière de discipline des agents de l’État, qu’ils soient diplômés ronflants de l’ENA, de Sciences Po, ou titulaires d’une maigre équivalence du passé Certificat d’Études Primaires (le Bac) ?
En aura-t-il les moyens ?
Osons l’espérer !
C’est la condition des peuples méprisés, notamment africains, qui en dépend. Et l’état de notre si souvent évoquée… démocratie !
Peut-être, grâce à cette élection d’ailleurs, y verrons-nous plus clair, demain, chez nous !
Espérons !

14 commentaires:

Anonyme a dit…

En effet, espérons...
Bises à toi et à ta belle
Anne Lise

Anonyme a dit…

Je crains de devoir être le Cassandre de service : ceux qui espèrent qu'un président américain remette l'humanité à l'endroit risquent fort d'être déçus. Même si le nouveau président des E.U se dit plein de bonnes intentions, il vit dans un pays égoïste, qui n'a jamais rien entrepris qui ne soit d'abord utile aux intérêts du grand capital ! On l'a bien vu concernant l'effet de serre et autres problèmes écologiques. Dans ce pays où l'on est fier de "valoir" en dollars plutôt que de "valoir" en humanité pourquoi voudriez-vous que cela change. Néanmoins je souhaite me tromper. Pour être plus optimiste je préférerai que l'Europe soit enfin capable de tenir un rang déterminent dans le monde ! Jean Castelli

Proserpine a dit…

levons-nous... Ce sera déjà un premier geste

Proserpine a dit…

levons-nous... Ce sera déjà un premier geste.
En réponse à anonyme : désolée, Porteplume, j'utilise ton espace) Nul ne pourra refaire le monde.Et effectivement, le grand capital fait la loi..Madré de dious !!! Personnellement, je suis ravie de ce com...Tout est dit,là d'dans... Et que l'Europe ait des couilles !!

Rénica a dit…

Sans refaire le monde faut pas rêver...J'ai quand même envie de croire que cette élection est un grand pas pour l'humanité...Obama n'oublie jamais d'où tu viens !

Gilles a dit…

Evidemment, mes chers Amis, si le rêve est le moteur de l'action humaine, il n'est pas pour autant la preuve d'une réalité déjà réalisée ! L'espoir est toutefois permis d'une autre vision de la présence humaine sur notre planète. Même si le risque de déception (déjà vécu mille et une fois)est bien réel, j'ai encore la faiblesse d'y croire !
Mais...
"Que l'Europe ait des couilles"... Cette expression me révolte, chère Proserpine. Car elle semble vouloir dire que seuls les attributs mâles sont capables de symboliser ce que nous souhaitons pour l'Europe (courage, détermination, volonté de progrès social, engagement désintéressé, générosité et respect, capacité d'action) et que seuls les hommes sont porteurs de ces qualités ! Un tel machisme m'est insupportable, qui est une autre forme du... racisme !
Pour moi, le féminin (sacré) est tellement plus élevé que le principe mâle d'appropriation de l'autre ! Incomparable !
Quant à utiliser mon espace "laporteplume" pour l'échange... j'en suis très touché et heureux. C'est pour ça que je l'ai créé. Continuons !
A bientôt.
Amitiés

diplodocus continental a dit…

Il y a un mot qui m'a fait plaisir et qui m'a remplie d'espoir pour le futur de notre "société complexifiée",un mot qui nous fera gagner du temps,un mot repris par un million de personnes qui semblait l'avoir compris, assimilé,le mot "transcender".

Fille de l'Eau a dit…

Je ne suis absolument pas pro-américain. La supériorité qu’ils affichent en ayant toujours exprimés « we are the best »… Mais, je n’oublie pas, même si je n’ai pas vécu ces moments que, sans eux, nous serions tous allemands ( Allemagne de l’Hitler bien entendue).
Il faut espérer que Obama tienne compte de tout ce que Bush a toujours refusé de voir, environnement, guerres…
Les américains sont en train de se paupériser à cause de cet unique mot : argent à gagner sur le dos des futurs propriétaires. Combien d'américains vivent sous des tentes, à cause des banques. En France, il y a des prêts immobiliers sur 50 ans !!!!! grâce à Sarkosy.

Proserpine, nous avons un président si pro Bush, qu’il en était dangereux (pour preuve, entre autres, présence des troupes en Afghanistan).
N’oublions pas qu’actuellement en France, nous prenons le même chemin que les américains. Le mot travailler pour juste pouvoir faire vivre une famille, n’est plus d’actualité. Le travailler plus pour gagner plus est un mensongeux slogan.
Le travail jusqu’à 70 ans, grand-parents qui ne pourrez plus être près de vos petits-enfants. Modèle américain encore.
J’ai vu il y a quelques années, des personnes âgées travailler dans des commerces ou autres lieux de travail.
Honte à ces modèles américains.

Il faut espérer que Obama ne se laisse pas manipuler, qu’il ait les coudées franches. Mais, les dessous pourris de la politique sont une force.
Ce sont les médias qui ont fait élire Obama et Internet.

« Tant que nous continuerons à accorder aux gens une valeur différente selon la couleur de leur peau, nous souffrirons de ce que Socrate appelle le mensonge dans les profondeurs de notre âme. »
Jan Hofmeyr, 1er ministre d’Afrique du Sud en 1964

Anonyme a dit…

Je réponds à FILLE de l'EAU :
moi qui ai vécu la sale période 1933-1945 j'ai bien sur apprécié l'arrivée des américains pour se battre contre le nazisme (et non pas pour libérer qui que ce soit). Je ne peux cependant m'empêcher de considérer que si les E-U avaient dés 1938 signifier à Hitler que s'il continuait ses exactions ils interviendraient on aurait certainement évité un conflit particulièrement sanglant ! Il a fallu qu'eux mêmes soient directement entravés dans leur économie pour qu'ils réalise le danger (commercial) du moustachu sanguinaire.J.C.

popelina a dit…

Vous êtes juste ça: un homme entier. Merci.

(par ailleurs je suis d'accord avec jean castelli aussi).:))

Charlie a dit…

nous devrions arreté de regarder les mefaits du passer et se lever pour l'avenir...le seul moyen d'avancer est de ce pardonner. Nous sommes tous ravi qu'Obama soit le nouveau président, mais il n'est pas président pour prendre les décisions seul, nous les prendrons avec lui. Il ne faut pas rêver, sa survie elle-même est en jeux, mais le fait qu'il est été élu montre que nous voulons le faire, que nous serions prêt....alors qu'est-ce qu'on attends? ah oui...je crois qu'une minute de silence devrait avoir lieu à la mémoire de ceux qui sont mort pour la liberté et qui aujourd'hui ont vaincue.

Gilles a dit…

Oui, mes Amis, il y a beaucoup à dire sur le rôle joué par les Etats-Unis avant, pendant et après les deux guerres mondiales : leur soutien à la montée du nazisme, leur opposition constante et musclée à la France Libre, la haute protection définitivement accordée aux responsables et dignitaires nazis, les destructions systématiques de villes européennes sous prétexte de sécurisation de leurs troupes (le drame du Havre en est un exemple terrifiant), leur volonté d'occuper-coloniser l'Europe (gigantesque marché d'alors !) durant des dizaines d'années (leur souhait : définitivement)...
En outre, il y a aujourd'hui : Guantanamo, les mensonges sur l'Irack, Monsanto, Abou Ghraib, Wall Street...
Mais... si nous laissons derrière nous ces vieilles lunes (très -trop- actuelles encore pour certaines), peut-être pourrons-nous croire que le président OBAMA incarne une nouvelle vision de la politique pour ce pays et pour le monde, qu'il ouvre des perspectives de plus grand respect de la vie sur notre planète, et qu'il est une force capable de terrasser le nouvel esclavage inventé par ses prédécesseurs.
C'est dans la pleine conscience que les rêves sont les plus fertiles.
J'y crois !

Gilles a dit…

Je viens de me relire... Ma plume a voulu courir trop vite : merci de retirer le c intrus dans le nom IRAK (si seulement c'était le C de la colonisation !)
Amitié.
Gilles

Anonyme a dit…

Un C de plus ce n'est pas grave. En tout cas moins que d'écrire déterminant avec un E à la place du A et de ne pas faire l'accord de ils réalise[nt]. Ce qui prouve simplement que l'ardeur de la controverse l'emporte sur l'orthographe, ou tout simplement qu'on ne se relit pas. Amitiés. Jean CCastelli