mardi 18 novembre 2008

Eléphants... requins et crocodiles !

Que de prétendus jeunes carnassiers aient décidé de s’attaquer à une troupe d’éléphants dans une jungle en ruines est déjà assez surprenant pour que l’on observe attentivement l’issue de la confrontation. Même si l’expérience prouve que, malgré leur hargne et la faim qui peut les tenailler, ces agresseurs peuvent rarement sortir rassasiés de l’aventure !
Mais que, des requins de l’est aux crocodiles de l’ouest, on en finisse par oublier (le spectacle étant fascinant par les reflets qu’il présente de ses propres comportements) l’état de grande pauvreté de la nature environnante, les disettes, maladies, sécheresse de porte-monnaie et de cœur, coups de mains d’autres voraces, épuisements de toute sorte… prouve, si besoin était, que se croire fort engendre toujours le mépris du faible. Et que se sentir puissant parce que mâle (malgré parfois des apparences trompeuses de féminité !) engendre toujours le mépris de… la Femelle ! C’est elle que l’on dévorera en premier, à condition toutefois de… réussir à la saigner !
Ils ont déjà bu le Champagne, croqué déjà les biscuits roses et dansé le scalp dans des cavernes de toile et sous les piles dorées de mini stères de bois parfumés au patchouli ! Ils sont là, autour du marigot, tous… de la dextre à la senestre, de l’adroite à manipuler à la sinistre empêtrée, à s’épier, s’observer le flanc pour y repérer la faiblesse, tenter des alliances de circonstance, imaginer déjà le partage du butin. Ce soir… demain… l’affrontement. N’en survivront que… des cadavres offerts aux charognards venus d’ailleurs… peut-être une ombre de mante et des espoirs de nouvelle religion… peut-être… surtout une grande misère chez les rampants de la campagne ravagée !
Quand les fous s’amusent,
les rois boivent et…
le peuple trinque !

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Vous êtes décidément un écorché vif mon cher Gilles ! Mais vous avez mille fois raison. Quel pitoyable spectacle nous offrent les tenants du pouvoir aujourd'hui, quelque soit leur bord politique. Oui, il serait temps que certains ou certaines laissent la place à d'autres qui ont (peut-être ou enfin) une autre vision des choses où nous, les petites gens du peuple, serions autre chose que des marionnettes manipulées. Souvent, je me pose cette question : à quoi la Révolution a-t-elle servi vraiment ? A ne répondre que des immondes flots de sang et de terreur ? Je voudrais encore croire que non. Mais, je vous avoue que j'ai du mal, beaucoup de mal. La vraie démocratie, c'est beau sur le papier, c'est tout et avant de donner des leçons aux autres en la matière, nos dirigeants feraient bien de se regarder et de se souvenir qu'ils sont là pour servir le peuple et non l'inverse !
Bonne journée, Gilles ! Amitiés.
Rosie

Gilles a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Gilles a dit…

Comment ne pas être un écorché vif, chère Rosie, dans ce monde où les écorcheurs sont rois et larbins de rois ?
Ecorché vif ? Ou... citoyen lucide qui a réussi, jusqu'à présent, à repousser les injections quotidiennes de morphine officielle ?
L'anesthésie est redoutable. C'est leur outil, celui qui fera de nous, si nous n'y prenons pas garde, des... écorchés morts.
Car, après nous avoir pris la conscience, ils nous aurons pris jusqu'à... la peau !
Très bone journée, chère Rosie !
Amitié.
Gilles

fille de l'eau a dit…

Oui Gilles vous avez raison, il faut des personnes comme vous pour réveiller les gens de l'anesthésie. Si nous restons mouton, alors ne nous plaignons pas.
Pour arrêter d'être des marionnettes il faut réagir, en prendre conscience est déjà réaction.
Bel écrit Gilles, belle plume
Amitiés
Claudie