dimanche 7 février 2010

Chopin...

Connaissant ma passion pour Frédéric Chopin, l'ami Jean-Claude George, poète dont j'aime les harmonies, président d'honneur de la Société des poètes et Artistes de France (après en avoir été le président très actif durant de longues années), m'adresse ces vers publiés en 1993.
"Ils ne sont pas d'hier", me dit-il...
Mais ils sont de toujours, cher Ami !
Les voici, pour vous, avec son autorisation :

La Passerelle

Blanches de ma passion, noires de mes envies,
Le piano de Chopin prélude à Varsovie
Et je découvre enfin la magie des doigts libres
A la ligne qui tarde et se déséquilibre...

Jeune fille, appliquée à ses savants arpèges,
Vous retrouvez le feu qu'il célait sous la neige
Et vous le devinez comme si vous aviez
Senti passer son âme à l'aplomb du clavier.

Vous pénêtre l'émoi d'une amoureuse histoire,
La Pologne confie au double rang d'ivoire
Les accents et les feux que l'artiste essaima...

Le soir est descendu pour veiller sur votre aise
Et la bise, charriant l'écho des "Polonaises",
Laisse échapper le nom de celles qu'il aima.

Jean-Claude George extrait de La Braise et la Cendre Imp. du Barrois 1993

Merci, mon cher Jean-Claude. Pour t'accompagner... voici la couverture de mon livre Frédéric, le Roman de Chopin ( publiée en 2000 éd. ESKA - Paris) que l'on trouve toujours en librairie ou sur internet.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Oui que ces vers sont beaux et n'ont pas d'époque. Votre livre"Frédéric" sous titré "Le roman de Chopin" que j'ai lu sans désemparer est un de mes meilleurs souvenir de lecture, un véritable enchantement. Je souhaite que beaucoup en profitent. Amitiés. J.C.

micheline a dit…

la musique des vers....
ou les vers de la musique....

Gilles a dit…

Merci, cher Jean.
Merci, chère Micheline. Amitié.
Gilles