mercredi 28 octobre 2009

France... propre !

Qui oserait prétendre que la politique française n’est pas propre ?
Depuis quelque temps, on entend, ici et là, parler de « république bananière », de « cour », de « fait du prince », de « nouvelle monarchie », de « pouvoir personnel », de « nouvelle règle dynastique »… On voit des tribunes où se prononcent des discours d’appel à la solidarité nationale, à l’effort commun pour surmonter la « Krise », des encouragements à plus de travail pour gagner plus d’argent… On voit des membres d’un gouvernement afficher des robes de soirée étincelantes ornés de bijoux tirés du sac d’Ali-Baba… On entend des courtisans zélés faire l’apologie des montres de grand luxe et affirmer que qui « n’en possède pas à cinquante ans a raté sa vie ! »… On entend des promesses qui « n’engagent que ceux qui les reçoivent » ! On voit des avions complets de grands patrons promenés à travers le monde aux frais du contribuable dans le sillage du souverain, des banquiers gloutons avaler de nouveaux profits générés par la contribution publique ! On constate que les trois-quarts des lois votées par des parlementaires entravés ne sont pas appliquées, que les prisons s’agrandissent, que les écoles se ferment… Tandis que : la misère progresse, les malades attendent les soins, le chômage explose, les suicides de travailleurs exténués se succèdent, les violences urbaines fleurissent, le lait coule à flots dans les caniveaux, les procès de rivaux politiques occupent les tribunaux, les Restos du Cœur se préparent pour un nouvel hiver très, très, très difficile…
On voit, on entend, on constate… en France ! Pas dans un pays lointain administré par de quelconques anecdotiques preneurs de pouvoir !
En France ! Le pays (nous dit-on) des Lumières, de l’Esprit des lois, de la Révolution, de la Liberté, de l’Égalité, de la Fraternité, du suffrage universel qui fait (devrait faire) du peuple le vrai souverain ! Le pays qui sait tout, qui a tout compris de la démocratie, qui va « refonder le capitalisme » et « créer un nouvel ordre mondial » ! Le pays donneur de leçons permanentes au monde entier !
Mais : pas d’inquiétude ! nous ressasse le porte-voix du Palais ! Tout est normal ! Le pays se porte bien, et ses gestionnaires sont d’une régularité exemplaire !
La preuve : en 2008, la France a pu glisser sous les pas de ses invités de marque une moquette à 91 500 €, les recevoir dans un décor de jardinières à 194 900 €, leur offrir un dîner à plus de 5 000 € par tête (par tête !).
Un pays dont le peuple souffre ne pourrait pas se permettre de telles extravagances que « même Louis XIV ne se serait pas permises ! » (dixit un député).
Une autre preuve ?
À l’usage exclusif de son seul chef d’État, elle a fait installer au Grand Palais, pour une rencontre internationale de quatre heures, une douche (inutilisée) à 245 572 € !
Un tel équipement est bien la preuve que :
1/ La France peut se le permettre… donc : elle est en parfaite santé !
2/ La politique française est, à l’image de ses acteurs : la plus propre du monde !
Réjouissons-nous !
Image Ma douche à 25 Euros photo GL

4 commentaires:

Anonyme a dit…

N'en jetez plus, nous succombons et "on ne nous dit pas tout". Hélas vous avez toujours raison ! !
Amitiés à tous deux. J.C.

vince a dit…

salut !!!
c'est vrais tu as raison mais connais tu une société idéale?
Les démocraties de gauches n'ont pas fait mieux. ou plutôt si. Elle ont elles aussi jeté l'argent du peuple par les fenêtres.
Que ce soit à Bucarest, à cuba, à pékin, à Moscou ou ailleurs. Et là bas il avait le droit de la fermer.
Au moins notre pays a la franchise de ne pas se revendiquer "social".

Gilles a dit…

Justifier son propre moins bien par comparaison avec le pire des autres n'est-il pas, déjà, accepter la compromission (qui, dans l'histoire, a déjà mené aux pires excès) ?
Et c'est en visant sans relâche "l'inaccessible étoile" (Brel) que l'on peut tenter de s'élever... ici-bas ! N'est-ce pas? cher Vince ?
Amitié.
Gilles

vince a dit…

ça n'est pas une compromission que d'accepter qu'un état aie besoin d'un certain train de vie, n'est ce pas ? Cher Gilles?
amitiés bien sûr!