vendredi 5 décembre 2008

Enfance... PRISON !

La solution est enfin trouvée à tous les maux de notre société :
La prison ! Dès l’âge de douze ans si nécessaire !
La ministre, garde des sceaux de notre pitoyable république, vient de découvrir que "la violence a changé de nature !"et qu’il convient de lui opposer une "réplique adaptée". C’est vrai qu’elle est de plus en plus grave, cette violence, et… institutionnelle : grands patrons libérés de tous leurs devoirs envers des salariés taillables et corvéables à merci (il suffit de voir le sourire réjoui de la maîtresse du Medef), consommateurs livrés pieds et poings liés à une grande distribution qui triche sur les contenus quand elle ne peut pas tricher sur les prix, téléspectateurs offerts en pâture au seul conditionnement politique officiel (avec la nomination du président du service public par l’Élysée), police et gendarmerie en dérapages fréquents sous prétexte d’enquête ou de légitime défense, soutien massif aux banquiers joueurs de poker menteur qui oublient de redistribuer aux petites entreprises et particuliers les fonds publics reçus, échanges sanglants de politiques sur fond de querelles intestines de parti…
C’est vrai, la violence a changé de nature !
Hier, c’était l’école obligatoire jusqu’à 16 ans… aujourd’hui, c’est la prison souhaitable à partir de 12 ans !
Réfléchissons : peut-être la ministre espère-t-elle rendre service à son collègue de l’Éducation qui, gérant son portefeuille à grands coups de serpe, n’aura bientôt plus suffisamment de professeurs dans les écoles, collèges et lycées de la France d’en bas (bienvenue au privé qui accueille à grands coups de goupillon et au prix fort tous les enfants de la France d’en haut) ! Plutôt que loger nos enfants seuls devant un tableau noir, nous les logerons accompagnés... derrière les barreaux !
C’est, hélas, le principe bien connu (de celles et ceux qui, voilà bien longtemps, ont encore fréquenté l'école primaire de la République) des vases communicants : moins il y a d’écoles pour le peuple, plus il faut de prisons !
Reviens, cher Victor Hugo, reviens vite ! Ils sont devenus… fous (et criminels) !
À quand, comme pour Tintin, la prison (ou l’usine !) de 7 à 77 ans ?
Image fotosearch

4 commentaires:

Geoffrey a dit…

Je ne vous cache pas que c'est une mesure qui me terrifie. Que dire de l'effet sur un jeune déliquant qui agit ainsi car mal dans sa peau? Je doute que la prison lui permette de retrouver l'équilibre intérieur dont il a besoin et lui évite de choisir à jamais la triste carrière de criminel récidiviste...

Gilles a dit…

Terrifiant, en effet, cher Geoffrey ! Car destructeur !
Mais tellement gratifiant pour celles et ceux qui,proposant cette solution à nos problèmes, tentent de donner ainsi la preuve de leur efficacité politique ! En période de remaniement ministériel,les prétendants au sous-trône doivent faire aussi fort (voire beaucoup plus)que les éjectables ! Chacun cramponnant ou visant... LE MAROQUIN ! C'est se servir du Pays plutôt que servir le Pays ! Oui... terrifiant !
A suivre...
Cordialement.
Gilles

diplodocus continental a dit…

Un enfant,cela ne se met pas dans une prison...A un enfant,on chante des chansons,l'enfant est un espoir qui ne peut etre déçu...C'est à nous de le former et de bien le réparer s'il dévie.Il ne va certes pas se réparer tout seul...

Gilles a dit…

Bien sûr, chère Diplodocus... l'enfant ne se met pas en prison !
L'enfant se met en situation d'être reconnu et respecté pour l'individu unique qu'il est, et la promesse qu'il incarne !
Ses "déviances" ne sont que la reproduction ou la conséquence de nos propres déviances.
Avant de "toucher" à un enfant, examinons-nous donc sans complaisance !
Très bonne année à vous.
Gilles