mardi 8 novembre 2011

Parlementaires hors-la-loi !

Le nouveau plan dit « de rigueur » vient d’être publié par un premier ministre cynique, en campagne électorale, et visiblement ravi de son effet d’annonce.
En deux temps trois mouvements (de reculade par rapport aux promesses d’une majorité qui ne connaît rien de la honte, pas même le mot), avec une sûreté de ton qui force l’admiration des cariatides républicaines de la tribune sacrée de l’Assemblée nationale, il a redoublé de coups sur les petits, les sans grade, les affamés, les étudiantes prostituées, les étudiants désespérés, les familles décomposées, les ouvriers licenciés, les malades et accidentés condamnés à crever dans des services d’urgence en état de surchauffe avancée, les retraités, les cadres encadrés par des actionnaires débridés, les chômeurs jeunes, moins jeunes, vieux considérés comme des fainéants invétérés, les écoliers de l’Enseignement public républicain sans maîtres ni maîtresses, les institutions locales saignées à blanc, les flics suicidaires (liste non exhaustive !)… et il a caressé dans le sens du poil (de vison) les rentiers, les millionnaires dont notre pays détient le record d’Europe du nombre (et du cynisme ?), les financiers spéculateurs, les patrons voyous plus habitués à la une des magazines de fesse qu’à l’ambiance studieuse de leurs bureaux, les hauts fonctionnaires lécheurs d’organes à promotion, les banquiers et leurs vassaux élus du peuple, les héritiers, les spéculateurs, les usuriers (les mêmes !), les faiseurs de sondages menteurs, les officines de communication pourvoyeuses de Rolex à l’heure de leurs prébendes… (liste non exhaustive !) et… il a donné (sans le dire) sa bénédiction ecclésiastique aux parlementaires de toute couleur politique, exemple parfait du refus de solidarité nationale.
Prétendant que leurs indemnités se situent dans « la moyenne européenne », les députés viennent de décider qu’il n’est ni urgent ni nécessaire de réduire lesdites indemnités, encore moins de toucher à leur régime de retraite, encore moins de remettre en question leur possibilités de survie sociale et de reconversion automatique après avoir été sortis du Palais pour incompétence (dans le meilleur des cas) par les électeurs ! Et, pendant ce temps, comme presque toujours, le Sénat fait le dos rond sous les ors du Luxembourg, l’aveugle et le sourd à ses tables bien garnies et dans ses jardins, en attendant la fin de la tempête dont aucun de ses membres (comme de ses fonctionnaires) ne sortira blessé ! Quant aux ministères… un ange (noir) passe !
Un tel mépris du peuple souffrant par ses prétendues « élites » ne s’est vu par le passé que dans des Etats totalitaires, dictatoriaux, dans des monarchies absolues qui ordonnaient à leurs classes d’en bas d’ouvrir le porte-monnaie et de fermer… leur gueule !
Nous en sommes revenus là !
L’Histoire nous le répète à chaque fois que nous prenons le temps de la consulter : ces régimes inhumains issus de systèmes iniques ont tous connu une fin terrible.
Iront-ils jusque là, celles et ceux qui prétendent nous gouverner sous l’écrasante domination des criminels « économistes » anglo-saxons et de leurs « agences de notation » ?
En attendant une issue qu’il est de plus en plus difficile (irréaliste ?) d’imaginer paisible, force est de constater que notre monde parle-ment-taire se rend coupable chaque jour davantage de délit anti-républicain (notre devise comporte encore, me semble-t-il, le mot EGALITE !), et que, bien que ne violant pas la loi qu’il s’est votée lui-même, il se rend coupable de comportement de HORS LA LOI morale. Et c’est bien plus grave ! Car…
Là est le germe de toutes les pires tragédies !
Salut et Fraternité.

12 commentaires:

Philippe Bouts a dit…

Bonjour, je me permets de faire un lien vers ce texte sur ma page FaceBook car il exprime très exactement ce que je pense, à la virgule près !
Cela me rassure de voir qu'il n'y a pas que des jeunes écervelés qui pensent comme moi.

Gilles a dit…

Bien sûr, Philippe, vous pouvez partager et diffuser. Mais ceux que les tenants des pouvoirs baptisent "écervelés",ne sont-ils pas ceux qui, parce qu'ils activent sans cesse le plus grand nombre de neurones, les empêchent de dominer en rond ? A bientôt. Amitié.

☆•.¸.Mildred.¸.•☆ a dit…

Vous exprimez de belle façon ce que je pense!
Mais la fin tragique, à force de l'attendre, on finit par ne plus y croire!
Lors des manifestations contre le changement des régimes de retraite, il y avait plus de monde sur les parkings de la zone commerciale de Houdemont (jusqu'à bloquer l'autoroute!!!) que dans les rues de Nancy!
À force d'effets d'annonces, ils ont réussi à anesthésier le peuple!
J'ai l'impression que les grenouilles sont déjà bien cuites!
Enfin, il semblerait que quelques unes, tout de même, arrivent encore à pousser quelques cris! Mais qui les entend?
Et que faire?

***
Je vous remercie pour ce très beau beau cri * Belle journée et à bientôt***

☆•.¸.Mildred.¸.•☆ a dit…

Je reviens pour vous dire que je suis désolée! Je voulais dire:

"Je vous remercie pour ce très beau beau TEXTE"

Je ne sais que dire d'autre, sauf que je ne voudrais pas que vous pensiez que je vous ai manqué de respect.
Merci pour votre indulgence à mon égard.

***
À bientôt, si vous le permettez****

Gilles a dit…

Soyez rassurée, chère Mildred : tout va bien entre nous ! Je vous remercie pour cette réaction spontanée et enthousiaste. Peuple anesthésié... ils s'y emploient tous les jours !
Alors continuons à veiller !
Amitié.
Gilles

Anonyme a dit…

Il n'y a rien à ajouter à tous ces commentaires ; sinon qu'approuver.
Je vous embrasse tous deux. J.C.

☆•.¸.Mildred.¸.•☆ a dit…

Merci beaucoup pour votre bon esprit, Gilles! Et aussi pour le partage de vos excellents écrits.
Je vous souhaite une belle après-midi et vous dis à bientôt;o)

ps: Je ne connais qu'un J.C, mais cela ne peut être lui qui m'embrasse ici, car il y a bien longtemps que je lui ai jeté mon missel à la tête pour la bonne et simple raison que le monde n'est pas aussi joli que je le voulusse!
Aussi j'accepte de me laisser embrasser, de façon tout à fait honorable, pas notre ami J.C. et l'embrasse à mon tour;o)

☆•.¸.Mildred.¸.•☆ a dit…

Je vous embrasserais bien aussi, si j'osais et si vous le permettiez;o)

Gilles a dit…

Bien sûr, chère Mildred. Mieux vaut s'embrasser que se jeter le missel à la tête ! Mais ce JC dont vous parlez n'était sans doute pas ce que l'Eglise en a fait ! N'oublions pas qu'il a chassé les marchands du temple. Sans doute serait-il, aujourd'hui, avec les souffrants plutôt qu'avec les dominants de Rome et d'ailleurs.
Je vous embrasse tous les trois : JC, JC (après JC) et vous.

Anonyme a dit…

effectivement, je ne connais pas de"Mildred". Elle n'aurait pu me jeter son missel à la tête, je fréquente peu les églises.
Bonne journée à tous. J.C.

☆•.¸.Mildred.¸.•☆ a dit…

Je suis revenue juste pour vous dire que j'avais bien lu votre réponse et que vous avez sans doute raison concernant Jésus!

***
À bientôt****

Gilles a dit…

A bientôt, chère Mildred, très bonne journée. Je vous embrasse. Amitié.