jeudi 3 décembre 2009

Respirons, avec... VERLAINE

Soleils couchants
Une aube affaiblie
Verse par les champs
La mélancolie
Des soleils couchants.
La mélancolie
Berce de doux chants
Mon coeur qui s'oublie
Aux soleils couchants.
Et d'étranges rêves,
Comme des soleils
Couchants, sur les grèves,
Fantômes vermeils,
Défilent sans trêves,
Défilent, pareils
A de grands soleils
Couchants sur les grèves.

Paul Verlaine (1844-1896) Poèmes saturniens
image Coucher de soleil sur le Saintois photo GL

2 commentaires:

Pénélope a dit…

Quelle merveilleuse musique. C'est sûrement un des poèmes de Verlaine que je préfère, qui se lit et s'entend comme il se respire et se boit comme une eau vive de torrent assoupi ! Ca fait un bien fou de revenir aux sources...

Gilles a dit…

Alors, ensemble, buvons cette eau de source vive, chère Pénélope, sans modération. Elle ne tarit jamais !
Amitié.
Gilles