mardi 6 décembre 2011

Greenpeace et le nucléaire...

Quelques militants de Greenpeace ont réussi à s’infiltrer dans plusieurs centrales nucléaires françaises, et à y grimper jusque sur le dôme d’un réacteur en service.
Un exploit qui a de quoi donner froid dans le dos !
Car… supposons que cette intrusion dans le saint des saints du nucléaire français soit réussie, un jour, par quelques individus allumés et violents (notre monde n’en manque pas !), qu’ils y posent tranquillement une bombe, et fassent exploser la marmite infernale ! Que se passerait-il ?
Les propos emberlificotés et imbéciles du responsable du nucléaire EDF devant les journalistes (« Ils ont été sous contrôle permanent, suivis par des caméras, et rapidement interceptés… ») ne suffisent pas à expliquer la facilité avec laquelle ces militants de Greenpeace ont pu franchir les enceintes successives de « sécurité » puis aller jusqu’au cœur du sanctuaire.
Car… si ces militants avaient été de violents fous intégristes de quelque doctrine que ce soit, nos seuls bonheur et consolation auraient été de pouvoir assister en direct presque, à la pose des bombes, puis à leur explosion, puis à une répétition somptueuse de la fin du monde !
Rassurant, n’est-ce pas ? Et preuve de la grande efficacité, de la belle conscience professionnelle, du sens des responsabilités d’EDF, et de son sens du respect des humbles citoyens que nous sommes !
Or voilà que cette démonstration magistrale (et pacifique !) déclenche des pulsions de meurtre chez un rejeton d’UMP qui déclare sans sourciller : « La gendarmerie aurait dû abattre les terroristes de Greenpeace ! »
Redoutable !
Car… dans cette affaire, qui sont les terroristes ? Ceux qui dénoncent la mise de la vie des populations en danger, ou ceux qui la pratiquent ? Ceux qui dénoncent les fautes professionnelles graves de grands protégés de l’Etat, ou ceux qui les commettent ? Ceux qui révèlent l’existence d’un virus, ou ceux qui le propagent volontairement ?
Les campagnes électorales sont toujours, hélas, une période d’expression des pires manipulations, des pires folies et malhonnêtetés individuelles et collectives. Nous n’y échappons pas, une fois encore !
Alors qu’elles pourraient être un moment de propositions fortes pour améliorer la vie sociale, économique et culturelle dans notre pays, comme de faire de l’Etat le seul décideur en matière de politique énergétique ! Abandonner ce secteur hautement stratégique au privé et à ses préoccupations d’actionnaires et de rentiers, et le laisser diriger par des crânes d’œuf seulement préoccupés par leur carrière, c’est faire courir au peuple de grands risques. La preuve !
Plutôt qu’une condamnation à mort des militants de Greenpeace qui savent, avec courage, mettre en évidence les défaillances parfois criminelles de grandes entreprises nationales, exigeons une campagne électorale digne, même de la part des nourrissons des partis qui en seront demain les fauves assoiffés de pouvoir, et un comportement responsable et citoyen des monarchies économiques privées assises sur les besoins vitaux des Français, dont EDF est l’un des fleurons !
Mais peut-être est-ce là une invitation incompréhensible par de petits cerveaux maintenus à l’étroit dans les conditionnements de partis dits trop modestement « de droite ». Les radiations politiques sont parfois plus dangereuses que celles issues des centrales nucléaires !
Sans doute est-il plus efficace -parce qu’expéditif !- d’appeler au meurtre, pour un esprit simple et primitif dévoré par le crabe de l’ambition, que d’inviter à l’analyse de la situation réelle, et à la réflexion !
Soyons vigilants car, hélas… il reviendra, celui-là… avec d’autres !
Salut et Fraternité.

6 commentaires:

Philippe Bouts a dit…

Encore une fois, vous posez les bonnes questions, vous arrivez à une conclusion évidente, sans appel et ne souffrant pas la contradiction : il faut revoir entièrement la filière du nucléaire en urgence, avant même de se poser la question de son éventuel abandon progressif !

katyL a dit…

exact! cela fait froid dans le dos..si le scénario de Gilles avait eu lieu, je pensais les centrales mieux protégées !! c'est un comble!
Il faut revoir tout cela , y compris la maintenance faite souvent par des non professionnels
mal payés et mal protégés des dangers de leur travail..
et les déchets qui sont là pour combien de temps sur cette planète et actifs!! j'ai horriblement peur de tout cela , pour l'humanité.
Gilles tu soulèves un grand problème auquel je pense si souvent depuis longtemps.
j'aimerai bien un débat avec des scientifiques, ne peut-on pas sortir de ce nucléaire ??en tout cas sécuriser au max les centrales.
katyL

☆•.¸.Mildred.¸.•☆ a dit…

Nous sommes bien peu de choses entre les mains des grands de ce monde qui n'ont d'autre préoccupation que de s'en mettre plein les fouilles!

***
Belle fin de semaine. Je vous embrasse****

☆•.¸.Mildred.¸.•☆ a dit…

Je ne suis plus sure de rien, mais peut-être bien qu'il faut enlever le 's' à 'chose"!
Faut que je révise mon français...puis aussi mon portugais...et encore plus mon anglais!
He he he! J'en ai des choseS à faire;o)

***
À bientôt****

☆•.¸.Mildred.¸.•☆ a dit…

Je viens un peu en retard vous souhaiter de très bonnes fêtes de Noël en compagnie de ceux et celles qui vous sont chers.

***
Je vous embrasse****

Gilles a dit…

Merci, amies et amis, pour vos chaleureux (et éclairés !) messages.
Très bonne fin d'année et excellente année 2012 à vous et à toutes celles et tous ceux que vous aimez.
Fraternelle accolade à Philippe, tandis que je fais mille et une bises amicale à Katy et Mildred.
A bientôt.
Amitié.